Soleil et Lumière en Vendée

La Vendée connue pour ses plages et son ensoleillement. Le pertuis d’Antioche entre Oléron , La Rochelle,  Ré la blanche qui se prolonge aux nord par le pertuis Breton et les plages de Vendée. Sa lumière si particulière tant aimée par de milliers de gens, artistes ou simples contemplatifs , des plus anonymes  aux plus illustres, et enfin sa lucite estivale.

Lucite, luciole, Lucie, toujours lumière, lumière, et encore lumière.

Mais gare aux peaux claires . la première exposition au rayons du soleil peut déclencher rougeur plus ou moins brulante avec souvent un gonflement de la zone exposée voire des petites vésicules très pruriantes. Continuer la lecture de « Soleil et Lumière en Vendée »

matin doux et humide de bord de mer

Bonjour mes amis,

enfin la nature se réveille ,

l’air encore frais des petits matins porteurs de promesses , légèrement humide  de la brise de mer commence à sentir le printemps.

Nous sommes dans la semaine de Pâques.

Après le mimosa qui a embaumé le jardin , dès  fin février, sont venues les violettes, les pensées, les fumeterres, les soucis(calendula), les jacinthes, les muscaris, les jonquilles et les tulipes .Un peu plus hautaine  la monnaie du Pape semble narguer les autres plantes du haut de ses 40 cm  mais très vite les iris la dépasseront.

Beaucoup plus discrèts sont les  érodium bec de grues  avec leurs  petites fleurs roses qui tapissent le sol sablonneux . Continuer la lecture de « matin doux et humide de bord de mer »

Le dernier gemmeur de Jard sur mer

pin maritime
Collier de perles de rosée

Bonjour mes amis,

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous raconter les souvenirs de mon ami Iréné, ancien gemmeur de 93 ans.

« gemmeur : celui qui récolte la gemme appelée encore la résine du pin »

Iréné, Je l’ai rencontré dans son jardin, séparé du mien par un pré à vaches et d’une haie de frênes et de sureaux .

C’était un jour de fin de printemps, il y a déjà quelques années, je venais de m’installer depuis peu sur la commune.

D’abord, je fus  intriguée par ce jardin, qui m’avait attirée le regard, car il était différent des autres jardins de la zone maraîchère juste en bordure du village, entre la zone dunaire et le marais.

Ce jardin était parfaitement entretenu, mais il se distinguait des jardins maraîchers,  cultivés par des professionnels, spécialisés dans la tulipe, le lys, l’ail,  l’oignon, l’échalote et la pomme de terre nouvelle, par un je-ne-sais-quoi que je n’arrivais pas à définir au prime abord.

En effet, mon regard a été attiré par des rangs de plantes à larges feuilles vertes, légèrement rugueuses que je reconnus être des pieds de  consoude ou symphytum, puis plus loin une grande planche de persil, et enfin un carré d’orties, le tout avec des dahlias dans chaque coin. Continuer la lecture de « Le dernier gemmeur de Jard sur mer »