Le tas de terreau

terreau

Toute l’année, une à trois fois par jour, nous vidons sur le tas de terreau une petite cuvette de déchets végétaux, issus de la préparation des repas avec les épluchures, les coquilles de noix etc… Ce tas est si précieux pour la jardinière que je suis que  je le nomme volontiers…

Le trésor de mon jardin.

Ce trésor  est dans un angle de mur au fond du jardin à peu près de 1 mètre sur 1 mètre entouré de  solides planches que la mer a déposées au gré des tempêtes d’hiver sur la plage.

j’évite ce qui pourrait attirer les bêtes, mais tout le reste y passe épluchures que les poules ne mangent pas, herbes,  feuilles, algues, crottes de poules, fumier de cheval, plumes d’oiseaux trouvées sur la plage et rouleaux de petits carton… parfois cartons d’emballage (les vers adorent) et paille du poulailler.

Je ne me lasse pas de le regarder grouillant de vie… avec ses vers,  ses crustacés terrestres  gris à noirs les plus jeunes sont parfois transparents ou marron clair nommés les cloportes grands auxiliaires des vers pour recycler la matière organique en décomposition.vous le reconnaitrez à ses 14 pattes et sa capacité à se rouler en boule dès qu’il se sent agressé.

Au printemps je déplace le dessus,  avec la fourche de mon arrière grand mère . Des boules de vers grouillent de partout  les cloportes s’affolent un peu et là apparait le trésor,  toute cette vie visible et invisible, celle que  les bactéries ont fabriquée : Un compost noir mélangé au sable (oui mon jardin est un jardin côtier) je ferme les yeux et là je danse comme dirait Stromaé .

Ce terreau me sert à nourrir mon terrain de sable, à lui redonner la vie. l’hiver j’en mets une pelletée au pied de mes arbres à fruits et parfois je remets une couche de feuilles mortes par dessus. Fin Février quand il ferra bien froid ce sera le repas des merles.

Au printemps lorsque je rempote mes fleurs, je n’ai qu’à me servir dans mon trésor .

Toutes les effluves de la terre sont là dans ma main mêlant odeur de champignons et  parfums de terre parfum  de vie.

La vie crée par les bactéries les vers et autres habitants de mon compost .

Point d’odeur de putréfaction- c’est ça le vrai miracle !  Merci qui ?

merci les vers, ce sont les vrais amis du jardinier .

A plus tard mes amis .

Radegonde

2 réflexions sur « Le tas de terreau »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *