Les Yeux de mes amours

Il est des jours comme ça, je me laisse aller en écoutant Satie.

Tel un personnage de Jean Michel Folon, avec son grand manteau, je flotte dans l’air au gré d’une légère brise.

Je ne touche plus le sol, comme désamarrée mais jamais très loin de cette terre si belle si fragile,  qui m’a donné la vie.

Petite graine de  printemps qui a décidé de croitre , de grandir, puis de donner sens à sa vie. Il m’a fallu du temps et bien des hésitations pour comprendre cela.

Ce soir, je suis comme une petite feuille d’automne , légère.

j’hésite, je virevolte.

Vais- je me poser là où plutôt là?  et  un petit tourbillon à peine visible me relance, je décris une longue arabesque, reprends de la hauteur, et plane à nouveau sur un invisible sentier, sinueux et  si apaisant.

Mon esprit semble comme délesté ,  il vagabonde en mode silence.

En fait je ne suis  ni malheureuse, ni dépressive. J’ai simplement les yeux fermés.

Mon corps est léger, comme cette petite feuille d’automne indécise:

où va t elle se poser?

Que je suis bien.

Je ressens une grande paix.

Le temps semble s’être arrêté.

Portée par ce doux Zéphyr, Je repense à ma vie .

Elle  m’a tout donnée, enfin l’essentiel, l’amour; j’ai aimé, j’ai été aimée.

Que demander de plus!

Longtemps , j’ai aimé soigner mon prochain, parfois probablement, pas aussi bien que je l’aurai souhaité mais enfin j’ai essayé.

Au début riche de  mes certitudes  de jeune diplômée, prise dans le tourbillon d’une vie professionnelle dense, je n’ avais pas conscience de ce que cela signifiait en terme d’engagement humain, mais au fur et à mesure des années les certitudes devenaient plus floues .

Toucher le corps de l’Autre disait un de mes maîtres cela n’a rien de banal…Oh comme il avait raison .

Les coups bien sûr…, je n’ai pas été épargnée mais c’est oubli…, car Il me reste les souvenirs.

Et pour moi, les souvenirs,  ce sont les yeux, ce sont les regards.

Les yeux des bébés si grands, si purs ,

les yeux des enfants que j’aimais asseoir près de moi ou sur mon bureau,

les yeux inquiets des mamans , parfois aussi des  papas,

les yeux des vieillards qui ont vus tant de choses…

et enfin  les yeux de mes Amours.

Les yeux de mon petit monde , ces regards,  sont mon trésor,  tout ce qui restera de ma vie .

J’écoute le silence.

Qu’il est apaisant.

Et puis un jour, Je m’endormirai,

Éole me portera dans ses bras et  m’emmènera avec mes trésors beaucoup plus loin .

Bonsoir mes ami(e)s, vous écouterez bien une gymnopédie  avant de nous quitter.

 

Radegonde.

 

 

 

La Varicelle

oui  la varicelle est la  maladie éruptive de l’enfant la plus fréquente et la plus bénigne .

La varicelle est plutôt hivernale très contagieuse mais donnant une immunité  naturelle définitive.

Cependant, il faudra être plus prudent chez le nourrisson fragile et le sujet à immunité affaiblie par une maladie en cours ou par un état antérieur délétère .

La vaccination contre la varicelle ,très vantée par certains ne conférera qu’une immunité partielle dans le temps .

Il est donc préférable de  faire sa varicelle entre 2 et 10 ans que la veille de son mariage ou en prenant sa retraite. Dans ces varicelles d’adulte le tableau est beaucoup plus cogné avec une atteinte de l’état général plus profonde. Continuer la lecture de « La Varicelle »

j’ai ôté ma blouse de médecin

Je me rappelle ce soir où j’ai ôté ma blouse blanche  de médecin pour la dernière fois.

C’est vrai que depuis quelques mois, l’enthousiasme qui me guidait depuis des années, s’était progressivement estompé. La fatigue sans doute… l’age peut être, mais pas que .

J’ai vidé mon casier, j’ai vidé aussi mon sac  de cuir que j’avais fais faire à un cordonnier pendant mes études de médecine .

Comme moi il avait vieilli, tous les deux nous étions un  peu usé sur les bords.  Continuer la lecture de « j’ai ôté ma blouse de médecin »

Soleil et Lumière en Vendée

La Vendée connue pour ses plages et son ensoleillement. Le pertuis d’Antioche entre Oléron , La Rochelle,  Ré la blanche qui se prolonge aux nord par le pertuis Breton et les plages de Vendée. Sa lumière si particulière tant aimée par de milliers de gens, artistes ou simples contemplatifs , des plus anonymes  aux plus illustres, et enfin sa lucite estivale.

Lucite, luciole, Lucie, toujours lumière, lumière, et encore lumière.

Mais gare aux peaux claires . la première exposition au rayons du soleil peut déclencher rougeur plus ou moins brulante avec souvent un gonflement de la zone exposée voire des petites vésicules très pruriantes. Continuer la lecture de « Soleil et Lumière en Vendée »

si nous parlions rougeole

La rougeole, elle court elle court la rougeole.

Maladie éruptive extrêmement contagieuse, elle peut être grave – surtout chez l’adulte, mais répond bien en règle générale à l’homéopathie.

La rougeole , reconnaissable en entrant dans la pièce disait notre maitre le Pr Jacquemin, la rougeole typique avec  son catarrhe oculo-naso-trachéo- bronchique. catarrhe ça signifie que çà coule  des yeux , du nez et des bronches.

L’enfant est rouge , il coule de partout. La rougeole , c’est une rhinopharyngite avec conjonctivite parfois le signe de Köplick ( voir clinique) suivi 4 à 5 jours après une éruption . Voir descriptif  clinique de rougeole. Continuer la lecture de « si nous parlions rougeole »

la bronchite chronique

Lorsque j’étudiais, on parlait de bronchite chronique quand la toux hivernale durait 3 mois deux années de suite.
A ce stade domine l’hypersécrétion accessible à l’homéopathie, mais on doit stopper le tabac impérativement sinon l’évolution vers la BPCO (Broncho pneumopathie chronique Obstructive) et son aggravation l’insuffisance Respiratoire chronique est inéluctable. Continuer la lecture de « la bronchite chronique »

le jardin de sherazade

Mes chères amies,

Hier, dernier jour  de l’année , j’ai découvert le jardin de Shérazade ou l’art de transformer un petit bout de terrain ingrat plein de cailloux en un adorable petit jardin de fleurs, de plantes, certaines ayant des propriétés médicinales, d’autres très simples, des arbustes, un petit bassin de poissons, des bourraches partout, des lavandes, de l’absinthe, des touffes de mélisse, des pélargoniums parfumés, des jasmins, des verveines …et tout ça sur moins de 300M2 et en pente dans une grande ville de l’Ouest . Continuer la lecture de « le jardin de sherazade »

lombalgie, lumbago, mal au dos…et homéopathie.

Bonjour mes amies,

ce matin, j’ai envie de vous parler de  mal au dos, plus précisément de lombalgie aiguë commune.

Volontairement je n’évoquerai pas les lombalgies chroniques sur rachis lombaire très arthrosique qualifié de dégénératif.

Et une règle :

une lombalgie fébrile ou avec un bouton de fièvre nécessite impérativement d’en parler rapidement  à votre médecin.

Combien de fois n’entendons nous pas « j’ai  mal au dos, j’ai un lumbago ».

un français sur trois se plaint de lombalgie

Je voudrais simplement vous donner quelques remèdes simples  de lombalgie basés sur l’observation de votre corps et comme toujours en homéopathie vous inviter à vous poser 3 questions.

lombalgie suite de quoi ?

Lombalgie  dans quel contexte météo ?

lombalgie dans quel état émotionnel ? Continuer la lecture de « lombalgie, lumbago, mal au dos…et homéopathie. »

les bouffées de chaleur

 

Bonjour mes amies,

 

Bouffées de chaleur : sensation brutale de chaleur qui monte….

que se passe t il?

j’ai chaud , j’ai froid,  je suis rouge moite, j’étouffe, mes vêtements me serrent , j’ai besoin d’air, je ne supporte rien .

la ménopause !?  mais je suis beaucoup trop jeune. Des bouffées de chaleur ???? Non pas des bouffées de chaleur, pas des bouffées de chaleur. Vite internet : l’horreur absolue « vieille môche et osteoporotique « .

Allons Allons on se ressaisit: la solution  c’est l’homéopathie . Continuer la lecture de « les bouffées de chaleur »

Coqueluche et toux coqueluchoïde

Bonjour mes amies,

quand je vous ai parlé des bronchites, je m’étais promis de vous parler des toux laryngo-trachéales, toux  pénibles et des toux coqueluchoïdes.

Dans coqueluchoïde, il y a le mot coqueluche, mais il n’est nul besoin d’avoir la coqueluche pour avoir une toux pénible sèche, en quinte, parfois violente.

Ces accès de toux  évoluent  en quintes parfois très rapprochées, le malade est rouge et en perd le sommeil d’où un épuisement très rapide, ces quintes rappellent en effet le diagnostic de coqueluche que tout médecin avisé saura écarter. Continuer la lecture de « Coqueluche et toux coqueluchoïde »